BAMBA

de “pampa”, en quechua
“plaine au pied des montagnes”

Un projet de recherche & développement open source

La BAMBA, pour « Beautifull And Made for You Built Area », est un projet de recherche & développement open source, proposé en 2018 par Paul Lempérière, Amandine Hernandez, Denis Caraire, Thomas Hanss et David Miet. Ce projet s’adresse à l’ensemble des acteurs de l’aménagement du territoire : il vise le déploiement rapide d’une offre massive de maisons abordables et sur mesure, bien situées, au coeur des agglomérations et des métropoles.

Esquissée pour la première fois à l’automne 2018 par Villes Vivantes pour la Ville de Clermont-Ferrand, en réponse à un appel d’offre recherchant des solutions pour poursuivre le développement de l’éco-quartier de La Grande Plaine (les premiers lots devraient être commercialisés en 2021), la BAMBA fait aujourd’hui l’objet d’études pré-opérationnelles dans plusieurs sites en France.

Et si nous passions des « macro-lots » aux « micro-lots » ?

L’appel d’offre lancé en cette rentrée 2018 par la ville de Clermont-Ferrand et Clermont Métropole pour achever l’urbanisation de la Grande Plaine a été pour nous une heureuse découverte !

Les conclusions auxquelles sont arrivées le groupe de travail d’élus et de techniciens qui portent ce projet depuis de nombreuses années et qui ont décidé de lui donner cette franche inflexion rejoignent celles que nous formulons à l’issue de nos expériences d’urbanistes, d’architectes et d’accompagnateurs de porteurs de projets ces dernières années.

La formule employée par Nicolas Hulot à l’occasion de sa démission du gouvernement (« la politique des petits pas ne suffit plus »), et les débats qui sont nés à cette occasion, jusqu’à la publication ces derniers jours du rapport du GIEC nous posent une question fondamentale : jusqu’à quand allons-nous faire semblant de changer la donne ? Jusqu’à quand allons-nous continuer à habiller d’anciennes façons de faire pour les présenter sous un jour nouveau … sans changer le fond, le contenu de ce que nous proposons aux habitants ? Jusqu’à quand allons-nous nous contenter d’alternatives certes enthousiasmantes mais qui ont, fondamentalement, une incapacité à dépasser le stade du simple témoignage ? Jusqu’à quand allons-nous continuer de déguiser cet urbanisme hérité du 20e siècle industriel en promesses d’un véritable changement pour l’urbanisme vertueux du 21e siècle ?

Notre intuition est double :

* Nous croyons que le mot clé, le plus important, employé dans ce cahier des charges est celui de « personnalisation » : et si l’habitat devenait une offre de service sur mesure aux habitants ? Et si chacun d’eux pouvait être le co-concepteur, le maître d’ouvrage de son habitat, sans passer par les filtres et les grilles de commercialisation d’un promoteur ?

* Nous pensons qu’il faut ajouter, à cette idée de « personnalisation », une deuxième idée : celle de la « miniaturisation » des opérations. Plus les projets de construction seront de taille modeste, plus le risque et la complexité financière et immobilière seront réduits, plus la liberté architecturale et urbanistique, mais également politique et sociologique, s’en retrouveront renforcées, plus l’urbanisme deviendra agile, souple, adéquat, bien orienté, bien pensé, écologique, cohérent, vibrant !

Il s’agit, en d’autres termes, de sortir du paradigme de la promotion immobilière, hérité d’une vision industrialisante de la production de l’habitat, pas tant du point de vue technique ou de la fourniture des matériaux que de celui du montage opérationnel, commercial et financier, et des risques et marges associés à des tailles d’opération trop importantes et imposantes.

Le paradigme industriel de la production de l’habitat implique de concevoir et de construire pour des habitants fictifs, qui ne sont pas encore connus ; pour un « marché » abstrait, qui se satisfera de murs peints en blanc ! Il implique ainsi une prise de risque financier, une complexité de montage qui font monter les coûts, alors que le taux d’effort pour se loger s’est littéralement envolé en France depuis le début des années 2 000, notamment dans les territoires métropolitains.

Les difficultés de commercialisations de l’opération de Champratel sont tout le symbole de l’inadéquation de ce modèle de la promotion immobilière et des « macro-lots » aux problématiques des métropoles contemporaines. Nous pensons que l’avenir est aux « micro-lots » qui seront moins risqués, plus souples, plus denses, compatibles avec une implication bien plus importante des habitants eux-mêmes dans le processus de production du projet et, surtout, qui produiront un urbanisme à la morphologie plus humaine, délicate, variée et vivante !

Pourquoi le modèle de la production de logements en promotion immobilière ne répond plus aux demandes ?

Par réflexe, héritage culturel et parce que les promoteurs et bailleurs sont devenus ces dernières décennies les partenaires privilégiés des élus et des urbanistes travaillant au développement de projets urbains, nos opérations d’aménagement aboutissent très souvent à la production de « macro-lots » qui sont proposés à des équipes de promoteurs et d’architectes. Ce modèle présente plusieurs limites sérieuses qui en font, de moins en moins souvent, une réponse pertinente aux problématiques des cœurs d’agglomération et des métropoles.

La première de ces limites réside dans le coûts de production de logement en promotion (entre 2000€ et 2500€/m2 hors foncier) qui contraint les promoteurs à ne payer qu’une contribution limitée en charge foncière pour financer les aménagements et équipements de la zone. Ainsi, partout en France et depuis de nombreuses années, les lots libres vendus directement à des particuliers sont-ils utilisés, en fin de parcours, pour équilibrer des bilans financiers de ZAC qui ne peuvent pas l’être par les opérations de promotion « classiques » mélangeant une part de logements sociaux et une part de « libre », rendue possible pour l’essentiel par les dispositifs de défiscalisation.

La seconde limite est le corollaire de la première : les logements produits en promotion immobilière sont trop chers ; le prix pour un appartement avec espace extérieur est supérieur à ce que les primo-accédants sont prêts à mettre pour une maison avec jardin ; il y a une inadéquation très forte entre les aspirations et capacités financières des ménages, et la nature et le prix de ce qui est proposé dans un immeuble d’habitat collectif produit en promotion. La conséquence est double : les accédant n’ont ni les moyens financiers ni l’envie de s’installer dans ces appartements, fussent-ils construits le long du tramway, et les promoteurs doivent les vendre à des investisseurs comme produits locatifs avec défiscalisation. Quant aux familles et aux jeunes ménages, ils louent ces appartements au début de leur trajectoire résidentielle et s’échappent, dès qu’ils le peuvent, dans le péri-urbain pour y trouver un confort à prix abordable.

La troisième limite de ce modèle est celle l’image de « standardisation » des logements qui est renvoyées par les immeubles collectifs, les formes d’habitat intermédiaire et même des maisons groupées, en bande, qui restent perçues avec un « effet de barre » par les riverains. Les plans de distribution, les façades, les finitions, le choix des couleurs, les dispositions extérieures marquent des répétitions à l’identiques qui créent un effet d’échelle et un impact visuel fort sur l’environnement. Une image de standardisation du logement qui ne facilite pas son appropriation et lui donne, souvent, un caractère non « naturel », un aspect artificiel voire imposant.

Au vu de ces 3 limites fortes du modèle de la production de logements en promotion immobilière, l’absence de marché suffisamment tendu dans la Grande Plaine pour permettre à des opérateurs de faire une offre intéressante à la Métropole n’est-elle pas une véritable opportunité pour proposer d’autres façons de faire ? Mais lesquelles ? Et dans quelles mesures sont-elles déployables à l’échelle d’une opération qui doit encore accueillir quelques 260 logements ?

L’habitat participatif en France : comment lui donner un essor quantitatif ?

L’habitat participatif s’est développé en France à partir des années 70 et, après une quasi-disparition dans les années 90, réapparait dans les années 2000 pour représenter aujourd’hui plus de 500 projets en France partageant une idée simple : des particuliers se regroupent afin de concevoir, réaliser et gérer ensemble leurs logements, conçus pour répondre aux besoins d’écologie et de lien social, ainsi qu’aux possibilités de financement de chacun. Les projets d’habitat participatif placent les habitants en position d’acteurs collectifs. Ils rassemblent trois caractéristiques principales :

* Des personnes motivées pour participer à la conception puis à la gestion de leurs logements, se regroupent en amont de la phase de conception. Elles s’entendent sur un projet partagé et mutualise des ressources pour y parvenir (compétences, finance, temps, réseau relationnel…),
* L’ensemble d’habitation possède des espaces de vie commune représentant une part substantielle des espaces habitables privés (de 8 à 15% environ), supports de liens de solidarité de proximité.
* Une fois installés, les habitants prennent en charge collectivement la gestion du bâtiment.

On distingue plusieurs familles d’habitat participatifs. Si certains projets se développent en partenariat avec des collectivités et des organismes HLM (avec des tailles de projet s’échelonnant entre 20 et 40 familles), et d’autres sous formes de coopératives militantes, la modalité « historique », demeure cette des projets en autopromotion : les habitants constituent un collectif qui porte la maîtrise d’ouvrage de l’opération, avec des centaines de projets réalisés avec une moyenne de 7 logements (de 3 à une douzaine de logements).

Ce type de projet est attractif par les ambitions qu’il se propose d’atteindre : meilleure qualité de vie par un projet sur mesure, une vie sociale riche nourrie de solidarités, des espaces mutualisés ‘en plus’, une grande qualité écologique, des économies… L’habitat participatif reste toutefois limité par les efforts qu’il demande aux habitants : en termes de prise de risque, de temps à investir et de complexité – les facteurs techniques s’ajoutant à la complexité humaine de gestion d’un collectif.

Les collectivités territoriales lancent, depuis l’exemple de Strasbourg en 2010, des appels à projet dédiés à l’Habitat participatif. Cet outil facilite énormément l’émergence de projets en proposant un parcours sécurisé qui facilite l’acquisition d’un terrain – principale difficulté des collectifs d’habitants. C’est donc sans surprise qu’on trouve le plus de projets récents et de grande taille dans les villes qui ont porté cette politique : Strasbourg, Rennes, Nantes, Lille… Avec des retours très positifs puisque les collectifs organisés ont un impact qualitatif sur le développement des territoires. C’est d’ailleurs cet aspect qui a motivé la ville de Tübingen, en Allemagne, à développer un quartier entier (le ‘quartier français’) sur la base de projets d’habitat participatif en autopromotion : les projets habitants ont été sélectionnés sur la base des apports qu’ils proposaient de réaliser à leur quartier ; plus de 200 projets réalisés représentant environ 80% de la production de logement neuf.

Ces appels à projet ont pourtant une limite : en proposant un terrain (et donc une quantité de logements) et un mode opératoire, ils obligent à chercher ‘le’ collectif qui va s’épanouir dans cette configuration… alors que les collectifs se constituent progressivement, regroupant des habitants peu enclins à rentrer dans des cases…

Deux pistes nous semblent prometteuses pour dépasser ces limites et permettre à l’habitat participatif de contribuer de façon significative à la production des 260 logements attendus dans les 10 années à venir au quartier de la Grande Plaine :

* La première consisterait à disposer d’une trame foncière flexible et d’un dispositif d’accompagnement permettant de mettre en place les modalités de maîtrise d’ouvrage adaptés aux besoins du collectif d’habitants et d’adapter, au bout du processus, le découpage foncier aux besoins réels des collectifs qui auront émergé progressivement.
* La seconde consisterait, toujours pour gagner en souplesse et élargir la demande, à développer un accompagnement centré sur des petits groupes de 2, 3, 4 ou 5 porteurs de projets intervenant sur des micro-lots distincts, sans s’interdire d’accompagner des groupes plus importants s’ils émergent.

Les lots libres accompagnés par un architecte : comment les rendre déployables à grande échelle ?

Les lots libres accompagnés par un architecte conseil ont également été expérimentés ces dernières années, soit pour rééquilibrer des bilans d’aménagement déficitaires, soit par une volonté initiale de changer de modèle et de créer une offre personnalisée, à prix abordable, dans des secteurs métropolitains tendus.

C’est le cas des maisons « Ropartz », quartier Maurepas à Rennes, avec des résultats intéressants à plusieurs titres :

* « Des maisons d’architectes, qualité́ de conception, pas d’uniformité́ mais des maisons sur mesure qui répondent aux besoins spécifiques de chaque famille. »
* Un projet qui a répondu à l’objectif de « faire venir une population différente dans un quartier ANRU.
* Ce qui a attiré́ les familles, c’est les qualités objectives du quartier (desserte, équipement), et la possibilité́ de réaliser « la maison de leur rêve » à un prix abordable : environ 265 000 € TTC tout compris pour une maison de 90 m2 en pleine ville. »

Mais les limites du dispositif tel qu’il a été mis en place rappellent celles de l’habitat participatif mentionnées plus haut : un process « très chronophage, lourd à suivre pour le pilote, car il faut faire un suivi individuel, y passer beaucoup de temps. » S’en suit une difficulté qui est proportionnelle à la taille de l’opération.

Deux pistes devraient nous permettre d’éviter cet écueil, qui rend en l’état difficilement imaginable d’appliquer un tel processus d’accompagnement à l’échelle d’une opération de 260 logements à réaliser en 10 ans.

La première, réside dans la miniaturisation des opérations, qui a été la voie suivie pour la 2e étape de l’expérience des maisons Ropartz à Rennes : « 10 chantiers, c’est faisable, mais 15 c’est trop compliqué. Dans la deuxième tranche, nous allons découper en 3×5 chantiers mutualisés (ce qui suffit pour réduire les coûts). » Nous pensons de notre côté qu’il faut aller de façon plus extrême dans cette direction, en rendant indépendants les chantiers les uns des autres afin d’éviter toutes les difficultés et les lourdeurs induites, en optant pour des logiques de mutualisation des coûts et des achats groupés à l’échelle de l’opération entière et non de petites sous-parties de celles-ci, qu’on rend trop rigides en essayant de faire rentrer la construction de chaque lot dans un même process.

La seconde piste réside dans la conception d’une trame foncière suffisamment ample (un nombre de lots suffisamment importants) pour pouvoir organiser les chantiers de telle sorte qu’à un même moment, le nombre de chantiers actifs soit toujours important, permettant d’importante mutualisation de coûts, mais qu’en parallèle, les chantiers soient toujours détachés les uns des autres afin d’éviter les complexités de process et montages complexes inutiles, tout en construisant une charte chantier visant à en limiter les nuisances pour les habitants déjà installés sur le site.

Une trame flexible de micro-lots libres comme matériau de base des développements urbains de grande envergure à venir ?

Nous pensons que pour l’habitat participatif comme pour les lots libres accompagnés, plus nous essayons de faire ressembler l’opération à une opération de promotion immobilière classique, notamment par la taille, par la synchronisation des process, des montages et des financements, plus le process devient complexe, lourd, « chronophage », non viable et non déployable à grande échelle. Au contraire, plus nous donnons de la souplesse aux projets d’habitat participatif et aux lots libres accompagnés, plus ceux-ci auront la capacité à s’adresser à une large part de la demande, notamment dans un contexte métropolitain où ces 2 formes d’habitat présentent l’immense avantage d’éviter les coûts importants de la promotion immobilière (lots libres accompagnés) ou d’une promotion immobilière déléguée (habitat participatif).

C’est l’histoire préindustrielle de l’urbanisme en Europe, mais également les développements actuels sur d’autres continents dont les métropoles sont en fort développement, qui nous confortent dans cette intuition : nous constatons que les micro-lots à bâtir, que ce soit pour de l’habitat individuel à maîtrise d’ouvrage habitante, ou de petites opérations d’habitat collectif en micro-promotion, ont souvent été et sont encore aujourd’hui un outil majeur pour le développement de quartiers nouveaux ou de villes neuves : l’approche par micro-lots, conçus de façon personnalisée et sur mesure, semble être un chemin qu’a souvent emprunté l’urbanisme pour marier quantité et qualité. 

Des échoppes bordelaises jusqu’aux incommensurables développements périurbains de Jakarta en Indonésie, en passant par les plaines métropolitaines du Japon, ou encore les lotissements des villes franches médiévales françaises, dont Montferrand est un parfait exemple, l’approche par grandes trames de micro-lots a, de façon presque universelle, formé le matériau principal de développements urbains de grande envergure sur tous les continents et à toutes les époques. Il ne tient qu’à nous de le réinventer pour répondre aux enjeux de ce début de 21e siècle.

Réinventer l’urbanisme pour en faire un service sur mesure, puissant et vertueux

Pourquoi ces formes d’urbanisme sur mesure, personnalisées, par micro-lots libres, ne nous sont-elles plus accessibles comme outil de production de nos villes actuelles ? Pourquoi nos projets d’habitats participatifs et d’accompagnement de particuliers par des architectes ne concernent-ils que de (toutes) petites opérations ? Notre humble expérience nous indique que la réponse à cette question tient plus dans notre posture professionnelle que dans une difficulté de compréhension ou d’intérêt des habitants eux-mêmes.

D’un côté, l’habitat participatif relève d’une démarche militante, menée par des groupes d’habitants pionniers qui souhaitent inventer de nouvelles façons de vivre ensemble et qui sont prêts à s’engager dans une aventure très consommatrice de ressources humaines : ils vont faire du projet de construction de leur habitat un véritable « projet de vie » en soi. Par nature, ces démarches ne peuvent concerner la grande majorité des habitants d’une métropole.

De l’autre côté, la vente de lots libres avec accompagnement ou « visa d’architecte » obligatoire laisse très souvent un goût amer aux architectes comme aux habitants. Ainsi, dans l’exemple de Rennes, « pour les architectes, travailler avec des familles pas forcément convaincues de l’apport de l’architecte » et la « nécessité́ de convaincre, de faire ses preuves », est une véritable difficulté. Nous connaissons les mêmes retours d’expérience ailleurs.

Nous pensons, pour notre part, que c’est une approche de l’urbanisme envisagé comme un « service sur mesure » qui nous permettra de dépasser ces frontières qui semblent contenir le potentiel de ce type d’actions. Au-delà des difficultés logistiques et organisationnelles inhérentes à la mise en place d’un accompagnement d’une quantité importante de porteurs de projet, relevées à la fois dans les expériences d’habitat participatif et de lots libres accompagnés par des architectes, c’est l’approche qui fait primer le « projet » sur les « personnes » qui pose problème. Si une école est organisée pour faire progresser des élèves en tant que personnes, leur donner le goût d’apprendre et de la vie en société, en s’adressant à chaque individu, si un hôpital est une gigantesque organisation permettant d’accueillir et de soigner des patients en tant que personnes, l’urbanisme n’est pas encore conçu comme un rassemblement de métiers et de compétences permettant de rendre un service d’urbanisme sur mesure, à la personne.

Nous pensons qu’il ne s’agit pas tant de « convaincre » que de « répondre » à une aspiration, qu’il ne s’agit pas tant de « sensibiliser » que de « communiquer » et de se faire comprendre, pas tant d’imposer le projet collectif aux individus que de le par et avec les projets individuels. Il ne s’agit pas, selon nous, de penser une esthétique pour tous a priori mais de donner de la liberté pour qu’une beauté vivante émerge des sensibilités de chacun. L’histoire intellectuelle de l’urbanisme est liée à une posture de contrôle par le projet et par la planification : si nous développons des lots libres denses en grand nombre, qui impliqueront qu’un grand nombre de constructions finiront par être mitoyennes, ce qui posera de nombreuses questions de logistique de chantier et de relation entre voisins, alors l’approche qui consiste à contrôler le développement par un plan, un projet et des règles ne sera pas un outil suffisant. Il nous faut, pour être capable de fabriquer cet urbanisme des micro-lots, inventer le complément de l’« urbanisme de projet » : l’urbanisme comme service sur mesure, pour tous !

Nous pensons qu’il y a 2 façons de sortir de « la politique des petits pas » et d’atteindre des résultats sans commune mesure avec nos pratiques actuelles : la première consiste à s’orienter vers des solutions technologiques de pointes ou sophistiquées, qui sont difficilement mobilisables dans le cas de projets à maîtrise d’ouvrage habitante. La seconde consiste à sortir du paradigme industriel qui implique une standardisation et une répétition à l’identique, pour produire des configurations uniques lieu par lieu, parcelle par parcelle, rue par rue, îlot par îlot : c’est la faculté d’adapter, grâce à l’accompagnement d’un concepteur, chaque jardin, chaque maison, chaque rue en fonction des éléments environnants qui nous permettra d’élever considérablement le niveau d’ambition et de cohérence de la Grande Plaine.

Le sur mesure et l’autopromotion : deux leviers pour faire de la Grande Plaine un quartier « abordable » 

Les vertus méconnues de l’autopromotion et de la filière courte en matière de production d’habitat

Le logement métropolitain semble petit à petit s’orienter vers une production duale : le logement locatif social d’un côté et le logement en promotion libre de l’autre. Le premier est soutenu par une politique de rachat, en VEFA notamment, à des prix cadrés, le second répondant à des montages financiers complexes construits sur des logiques de compte à rebours. Or construire un compte à rebours à partir d’un prix cible « abordable » (le budget médian d’un ménage accédant se situe autour de 180 000€ en France, soit un coût de revient à 1800€/m2 pour un logement familial de 100m2) aboutit à une impossibilité, pour les promoteurs, de se positionner, leurs coûts de production, hors foncier, étant déjà supérieurs à ce montant.

Comme l’a analysé l’économiste Jean-Charles Castel, faire bâtir une maison individuelle pour soi-même, sur mesure, sur un terrain dont on a fait l’acquisition demeure toujours, aujourd’hui, l’outil principal du logement abordable en France. Et c’est cette dimension économique qui explique, en très large partie, le phénomène de périurbanisation et d’étalement urbain observé autour des cœurs métropolitains. D’où l’idée de réintroduire, en ville, de l’habitat construit en autopromotion, c’est-à-dire dans une configuration, individuelle ou collective, où c’est l’habitant qui fait bâtir son propre habitat.

La demande pour de la maison en ville à un prix abordable se devine aisément en observant, par exemple, les ventes rapides des maisons Michelin situés juste en face de la Grande Plaine, ou encore les prix relativement élevés des rares terrains à bâtir disponibles à Clermont-Ferrand ainsi que dans les communes directement limitrophes.

Du sur mesure et de la souplesse dans les phases de commercialisation

Nous pensons que la Grande Plaine est un terrain extraordinaire pour proposer une filière de production de logement dédiée « au vivier » des revenus modestes et moyens : ceux qui sont soit au-dessus des seuils d’aides soit en dessous des prix du marché. Sa localisation, perçue aujourd’hui comme négative par les habitants de la ville, en fait finalement un atout de premier ordre pour amorcer ce produit exceptionnel qu’est le terrain à bâtir abordable en centre-ville, situé à quelques pas du tramway, à des prix qui demeureront modestes au démarrage de l’opération (que nous proposerons de protéger, dans les contrats de cession, par des clauses anti-spéculatives), au regard du marché global de la ville.

L’arrivée des premiers habitants, dans une logique de « pionniers », sera le meilleur moyen de prouver la qualité du projet et la valeur de l’opération. Cette souplesse est primordiale, car elle ne lie pas la filière de production de logement à un tour de de financeurs qui ne débloqueront pas les crédits sous un seuil souvent de 70% de pré-commercialisation. Au contraire, dans les premiers temps de l’opération, chaque construction supplémentaire va contribuer à réaliser le changement d’identité du quartier et à en augmenter sa valeur, donc sa densité acceptable et les configurations, toujours sur mesure, dans lesquelles les futurs acquéreurs accepteront de bâtir leur future habitation.

Du sur mesure et de la souplesse dans les phases de construction et de finition

La réalisation des finitions et l’auto-construction partielle, à différend degrés, sont l’un des facteurs clés de production d’un habitat abordable, favorisés par un contexte sociologique favorable où l’une des ressources principales dont disposent les familles est le temps. La fréquentation des supermarchés de bricolage en témoigne (hausse de 2% / an des chiffres d’affaires), la simplicité d’emploi des matériaux (à la fois en décoration et en second œuvre), permet aux non professionnels de contribuer à la construction de leur logement, et à une part significative d’entre eux, d’en assurer la maîtrise d’œuvre.

Ce système sur mesure, travaillé en amont avec le constructeur, le maître d’œuvre ou l’architecte, laisse à l’acheteur un choix précieux aux futurs habitants lorsqu’ils doivent arbitrer entre toutes les composantes d’un projet de construction de logement. Il permet également à la collectivité et aux équipes qui l’accompagnent d’envisager différents niveaux d’accompagnement à l’auto-construction en fonction des familles de cas : sensibilisation à l’écoconstruction, aux techniques d’auto-construction accessibles et écoresponsables, évaluation de la capacité des auto-constructeurs à pré-dimensionner l’effort, afin de ne pas se lancer dans un chantier catastrophe, accompagnement technique, assistance à maîtrise d’œuvre du chantier, aide à la conception, à la planification…

Le sur mesure et la liberté : deux leviers pour faire de la Grande Plaine un quartier « désiré » 

Offres et demandes : passer d’une logique pari sur une demande « moyenne » à une réponse sur mesure à chaque demande particulière

Nous avons hérité d’une vision binaire de l’urbanisme et de la production d’habitat avec, d’un côté, une offre de centre-ville, dense, majoritairement constituée d’appartements situés à bonne distance de l’animation urbaine, des transports, des emplois, services, équipements et commerces, et de l’autre, une offre péri-urbaine qui a été portée ces 50 dernières années par la double figure du pavillon et du lotissement.

Même les notions d’habitat « intermédiaire » ou « groupé » suit cette vision binaire, en essayant d’introduire un troisième « standard », celui du milieu, tentant de concilier les avantages de la maison individuelle et ceux des formes urbaines plus denses.

Or nous avons hérité ce découpage artificiel des périodes industrielles de production de formes d’habitat par « grandes » opérations d’aménagement et/ou de promotion immobilière, qui ont du faire un pari, prendre un risque sur la nature de « la » demande d’habitat : un pari sur la forme et la taille des lots à aménager dans le cas d’une opération d’aménagement, puisque le découpage des lots intervient avant leur commercialisation ; un pari sur la surface et la configuration des logements dans le cas d’une opération de promotion immobilière.

Si ce pari sur une demande « moyenne » a pu avoir un sens des années 1960 aux années 2000, il devient de plus en plus évident que c’est aujourd’hui une multitude de situations et de profils différents qui constituent les particuliers désireux de faire bâtir leur résidence principale, malgré des outils (lotissements et immeubles en promotion) qui continuent, encore, par leur nature même, à faire le pari d’une offre moyenne, qui trouve de plus en plus difficilement preneur.

La liberté de choix d’un lot, de sa taille, de sa situation, du nombre de logements à y construire, de l’implantation de ces logements sur la parcelle, au regard également des limites séparatives, la liberté également du choix du maître d’œuvre, toutes ces libertés, qui peuvent être créées, nourries, développées et encadrées au sein d’un même process d’accompagnement pour un développement cohérent de la Grande Plaine, seront son facteur d’attractivité principal : la Grande Plaine sera attractive car elle sera abordable et fondamentalement capable de s’adapter, au cas par cas, de façon sur mesure, à chaque demande particulière.

Ceci suppose une conception ambitieuse mais subtile du plan guide et des règles d’urbanisme qui y seront associées, une stratégie fine et souple de commercialisation des lots, dans l’espace et dans le temps.

Une trame foncière souple découpage à la demande, ainsi que des règles « à option »

Tout l’enjeu du quartier « désirable » réside donc la construction d’un grande trame souple, divisible de façon sur mesure, en s’adaptant à la nature réelle de chaque demande, tout en autorisant des configurations d’implantations cohérentes mais offrant, là encore, une vraie liberté.

Le sur mesure et le « pas à pas » : deux leviers pour faire de la Grande Plaine d’un quartier « nature »

Historiquement la Grande plaine accueillait des parcelles de culture et des prairies, espace ouvert entre le quartier historique de la Plaine, Champratel – les Vergnes au Sud, les jardins ouvriers à l’Est, une trame agricole mélangeant polyculture et maraîchage à l’Ouest et un grand secteur de verger de part et d’autre du Bédat au Nord.

Dès l’origine, les abords de la Grande Plaine, portaient les ingrédients dont le mélange et la composition feront la recette d’un quartier unique, ancré dans l’histoire et le paysage du Nord Clermontois : habitat au contact de la nature et du grand paysage de la chaine des Volcans, culture vivrière généreuse, patrimoine et biodiversité agricole et fruitière.

Le sur mesure au service d’un urbanisme bioclimatique

Faire place à la nature dans le quartier de la Grande Plaine commencera par mettre la forme urbaine et le bâti en relation avec les éléments du milieu naturel : ensoleillement, climat, vents dominants. Nous souhaitons faire de la Grande Plaine un quartier fondé dans les éléments naturels premiers. Travailler les implantations des bâtiments selon une approche bioclimatique, en synergie avec les autres dimensions du sur mesure de chaque projet d’habitat, est une approche essentielle. Orientation et configuration des façades, dimensionnement et positions des ouvertures pour tirer parti des apports de lumière et de la ventilation naturelle, travail des niveaux et des avancées de toitures pour protéger les maisons et leurs abords des vents dominants et des pluie battantes, utilisation du végétal aux abord des bâtiments pour climatiser l’espace urbain et contrer les effets d’îlots de chaleur… faire du quartier de la Grande Plaine un partenaire habile et gracieux, qui sache danser en bonne intelligence, lot par lot, projet par projet, avec les éléments naturels ! Faire de la forme urbaine adaptative le socle d’un quartier fertile, propice à accueillir la vie. Celle des habitants bien sûr mais aussi celle du vivant au sens large !

Le sur mesure au service de l’intimité

Habiter le micro-lot, c’est projeter son projet de vie dans un environnement bâti dense et compacte. Le cadre de vie qu’il propose soulève de nombreuses interrogations pour un ménages qui souhaite fonder son foyer. Vais-je pouvoir créer mon espace intime ? Ma maison sera-t-elle ce lieu de quiétude, à l’abri de l’agitation du monde, auquel j’aspire ? Saura-t-elle accueillir les moments précieux mon histoire personnelle ? L’intimité du logis est une notion très personnelle, chaque ménage l’aborde à sa mesure et selon sa façon de vivre. Le réflexe naturel de se mettre à distance (de la rue, des voisins) pour se protéger est pourtant, la plupart du temps, contre-productif : l’intimité se gagne en se rapprochant des autres, en s’adossant à eux, en utilisant les volumes bâtis comme cloisonnement, en agençant savamment les ouvertures et les pièces de vies extérieures. Créer cette intimité sur-mesure, adaptée aux façons de vivre de chacun est ce qui fera du quartier de la Grande Plaine un lieu doux à vivre jours après jours, où chacun pourra se sentir bien, chez soi parmi les autres. Les constructions viendront les unes après les autres. Les suivantes s’adapteront aux premières, et ainsi de suite, une configuration d’îlot unique se créera où chaque habitant sera accompagné, par un concepteur, pour créer l’intimité qui lui correspond le mieux ainsi qu’à son environnement.

Le sur mesure au service d’une transition harmonieuse entre les espaces privés, collectifs et publics

Chacun entretien une relation personnelle au domaine public. Le domaine privé individuel ou collectif peut être ouvert ou tout en replis et entre ces extrêmes se logent une multitude de degrés de perméabilités, physiques et visuelles. Cette diversité donne à la ville une grande part de sa beauté et de sa richesse. Ce traitement entre le domaine privé et public qui exprime toute l’intelligence qu’ont des habitants à vivre ensemble est ce qui donnera son caractère urbain au quartier de la Grande Plaine. Un muret de limite de propriété qui peut devenir une assise pour discuter entre voisins, un léger retrait avec la plantation d’un arbre du côté de la rue, un espace de stationnement jardiné ouvert sur la rue et qui brouille les limites entre le domaine domestique et l’espace public, un muret d’enceinte surmonté d’une ferronnerie qui filtre les regards mais laisse les passant profiter de la vue sur un jardinet à l’avant de la maison, un pignon sur rue habillé d’une plante grimpante qui adoucit l’aspect minéral de la rue et vient marquer les saisons, des piliers venant encadrer avec majesté un beau portail, … autant de « menus aménagements » de signes de politesse et de bienveillance vis-à-vis de l’espace public qui constitue également autant de supports d’usages pour tous les habitants.

Le sur mesure au service du spontané et du lien social

La présence de la nature est une dimension à travailler en profondeur : faire de la nature une dimension du cadre de vie et pas seulement un vernis. Donner de l’épaisseur à la présence de la nature demande une connaissance fine des dynamiques naturelles et un travail de détail. Des attentions dans la conception et la construction du bâti et des aménagements des micro-lots peuvent n’avoir rien de spectaculaires mais créer un terreau réellement fertile pour laisser la nature prendre sa place : travail de parties de murets de clôtures en maçonnerie à sec, dimensionnement des espaces de jardin favorisant la gestion des déchets vert en compostage sur place (concevoir un jardin qui alimente le compost de façon équilibrée en matières sèches carbonées et humides azotées), utilisation d’essences végétales au développement adaptées à la dimension des jardins, conception d’aménagements et de plantation simple à entretenir sans outils motorisés (limiter les linéaire de haie à tailler, les surfaces de pelouses à tondre,…), conception des réseaux de murets de clôtures et de des plantations comme des corridors écologiques, riches de ressources pour la petite faune à l’échelle du quartier, modénatures et traitement de façades du bâti propice à l’installation de nichée,… Vivre au quartier de la grande plaine c’est entendre le champs des oiseaux le matin alors que le jour se lève à peine, c’est un apéritif entre voisins sur sa terrasse où les rires sont entrecoupés des sifflement des martinets noir qui fendent l’air du soir, c’est découvrir le manège d’un lézard qui se faufile entre les pierres sèches du muret qui ceint son jardin, c’est, en été, s’émerveiller à la tombée de la nuit de surprendre un hérisson et ses petit se faufiler hors du coin compost pour leur escapade nocturne, …

Le sur mesure pour des espaces à vivres, confortables, hédonistes, utiles, pratiques, beaux, oniriques

De l’intelligence d’être en relation avec les éléments et les dynamiques naturelles nait le « paradis » : un quartier fertile et irrigué par la nature serait peu de chose sans l’expression du sens esthétique de ses habitants, de leurs imaginaires et de leur propension à l’habiter avec plaisir. La nature aime l’opulence, la générosité, la couleur et les parfums. Vivre en lien avec la nature ne nécessite ni ascèse ni acceptation d’un dogme unique. L’enjeux de l’écologie du siècle est de réunifier la notion de respect de la nature et celle du plaisir et des pratiques esthétiques dans leur diversité. Le jardin est un lieu de plaisir, de connexion au corps, à la matière et au sens. Vivre « son » jardin nature au quartier de la Grande Plaine doit être un plaisir et rester un domaine d’expression des sensibilités et des imaginaires dans toute leurs diversités : diversité des essences végétales, des styles d’aménagements – du plus rustique au plus contemporain, du plus baroque au plus minimaliste-, diversité des usages (potager ou jardin d’apparat… ou les deux à la fois…).

Le sur mesure producteur de couleurs

La nature à travers le végétal va donner sa couleur au visage du quartier de la Grande Plaine. La définition de gamme d’essences végétales proposées sera en parfaite adéquation avec l’échelle du quartier, la nature de ses sols, les conditions hygrométriques propre à la région… Des végétaux qui prennent facilement racines et se contentent du sol en place, des végétaux qui pourront croitre avec les apports d’eau naturels le plus vite possible pour économiser cette ressources, des végétaux dont la vitesse et l’ampleur de croissance sera à l’échelle du quartier et ne demanderont pas d’interventions lourde de taille ou d’élagage à moyen et long terme… tout en offrant une grande diversité de choix pour des jardin sur-mesure, où toutes les sensibilités esthétique pourront se retrouver. La palette végétale demandera un bon « casting » pour donner toutes ses couleurs, ses goûts et ses parfums au quartier de la Grande Plaine !

Odeur sucrée des feuilles de l’arbre au caramel sur le chemin de l’école à l’automne, souvenir tenace d’un premier baiser qui reviendra chaque année avec le parfum suave du tilleul les soirs d’été, Rougeoiement des vignes vierges qui annoncent l’arrivée des premières fraîcheurs, plaisir du jeu de la cueillette de l’acidité rafraichissante des groseilles…

VV Bordeaux
117 rue François de Sourdis
33 000 Bordeaux

06 95 32 99 21
VV Paris
148 rue du Faubourg
Saint-Denis
75 010 Paris

06 15 07 57 46
VV Dijon
10 Rue Berbisey
21 000 Dijon


06 79 11 71 97
VV Toulouse
52 chemin Lapujade
31 200 Toulouse


06 65 91 94 31
VV Lyon
72 Avenue
Maréchal de Saxe
69 003 Lyon

06 33 02 53 24
Contact

Vous avez une question, une belle idée, une proposition à nous faire ? Ecrivez-nous ici : bonjour@vivantes.fr

Vous souhaitez candidater pour un job de rêve à Bordeaux, Dijon, Lyon, Paris, Toulouse ? Ecrivez-nous vite : jobs@vivantes.fr